PAUL BIYA ASSASSINE LES ENFANTS…

Le cas de Eric Takou en 1991 à Douala

S’il est inutile de revenir sur la rigueur de l’opération ville morte à Douala, il y a lieu de s’arrêter sur certains faits marquants qui ont entraîné des pertes en vies humaines de façon cruelle.

En effet, le jeudi 16 mai 1991, les éléments du commissariat du 7ème arrondissement de Douala investissent le long de la rue du centre universitaire de Douala.

Vers onze heures une légère altercation a lieu entre ces éléments et la population très présente dans la rue ce jour-là.

Le Commissaire du 7ème arrondissement dégaine aussitôt son arme et s’apprête à tirer.

A l’entrée du camp Sic de Bassa, il se heurte une fois de plus à une barricade qui, en fait, n’était plus une nouveauté. Notre Commissaire, la main sur la gâchette, sème la panique : c’est la débandade générale.

Il se dirige vers un jeune garçon qu’il exécute à bout portant de deux balles, une dans la tête, et une au niveau du bras. Il s’agit bien du petit TAKOU ERIC, né le 11 avril 1975, élève à l’Ecole bilingue de MAKEPE en classe de CM2 anglais.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s