MGR BALLA ET L’ABBE NDJAMA TUES PAR LES HOMMES DE BELINGA EBOUTOU POUR AVOIR DECOUVERT UN RESEAU DE PEDOPHILIE AU PETIT SEMINAIRE DE BAFIA

L’Abbé Armel Collins Ndjama, assassiné, certainement par étouffement, sur son lit dans la nuit du le 9 au 10 mai 2017, était le nouveau recteur du petit séminaire de Bafia, nommé à ce poste récemment de retour d’Italie par le défunt Monseigneur Jean-Marie Benoît Balla, l’évêque du Mbam et Inoubou. Le dernier fait que les deux hommes ont partagé ensemble, d’après une source de ce ministère, c’est la découverte par le père Ndjama d’un réseau de pédophilie au petit séminaire de Bafia impliquant les membres du gouvernement comme prédateurs sexuels. 
L’évêque Balla avait lui aussi déjà dénoncé le réseau d’homosexualité du grand séminaire de Nol-Bisson, qui implique également les membres du régime comme clients sexuels de cette prostitution masculine.

Mgr Balla était abattu et affaibli par le fait que le réseau d’homosexualité du régime ait assassiné l’Abbé Ndjama, et il entreprit d’écrire au Vatican et au Nonce apostolique Piero Pioppo. Ce dernier a dévoilé sa lettre à son ami Martin Belinga Eboutou. 

Afin de se faire un alibi au sujet de l’assassinat de Mgr Balla qu’il a ordonné, Belinga Eboutou a quitté le Cameroun en catimini le 30 mai pour l’Europe, en prétextant une urgence de santé. C’est lui, Belinga Eboutou, qui a certainement convoqué Mgr Balla, sorti de chez lui à 23 heures la nuit. Il promettait certainement à Mgr Balla que Paul Biya allait le recevoir cette nuit. Si deja Paul Biya ne l’a effectivement pas recu.

La preuve, les exécuteurs aux ordres de Belinga étaient venus laisser la voiture au pont d’Ebebda le matin comme se dirigeant vers Bafia. Et c’est certainement Belinga Eboutou qui lui avait fait signer, sous contrainte la nuit du 30 au 31 le mot « Je suis dans l’eau +jmbala » avant de le confier aux exécuteurs pour execution et extrait du sang et possiblement d’autres organes. 

Seul Martin Belinga Eboutou, directeur du cabinet civil, pouvait faire obéir Mgr Balla, dans l’espoir d’être reçu par le chef d’État, au moment où il était très abattu et affaibli par la mort de son prêtre et ami Armel Collins Ndjama, de façcon à faire ce qu’il ne pouvait pas faire au moment où il sentait sa vie menacée, à savoir sortir de chez lui à 23 heures sans dire aux proches du diocèse où il allait.

Dans un prochain article, nous vous parlerons de l’histoire d’homosexualité de Paul Biya depuis le petit séminaire d’Akono, qui a envahi tous les cercles de son régime.
Ndzana Sem

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s