DOUALA_MANGA_BELL(103 Ans) 8 août 1914: Les Allemands pendaient Rudolf Duala Manga Bell. ( 1873- 8 août 1914). Emily Douala Manga Bell (1881-1936)

Il y a 103 ans, un des ancêtres du nationalisme camerounais mourrait par pendaison pour « haute trahison ». A la suite d’une parodie de procès. Fils du Roi Manga Ndumbe Bell, Rudolf Duala Manga Bell a 35 ans lorsqu’il accède au trône royal. Il a étudié dans son pays et en Europe, en Allemagne en particulier où il aurait obtenu une licence en droit. Ce prince s’engage à partir de 1910 dans une bataille épique contre les Allemands qui sont déterminés à appliquer un programme de développement séparé entre les Blancs et les indigènes. Un plan d’expropriation impliquant la confiscation et la mise en valeur des terres des populations autochtones qui seraient repoussées vers l’intérieur du pays. Dans le plan des Allemands, le plateau Joss – actuel quartier Bonanjo – devait être occupé entièrement par les Allemands et non plus par les indigènes. Et leurs descendants. 
Une cause juste Rudolf Manga Bell va utiliser en vain tous les moyens légaux pour revendiquer le respect des droits de son peuple. Lettres, pétitions, documents, envois d’émissaires auprès des autorités allemandes à Berlin. Ainsi qu’à d’autres gouvernements européens. Des droits d’ailleurs contenus et rappelés dans les réserves du Traité Germano-Duala du 12 juillet 1884. On peut lire dans ledit Traité que « les terrains cultivés par nous, et les emplacements sur les quels se trouvent des villages, doivent rester la propriété des possesseurs actuels et de leurs descendants ». A la quête de soutiens à sa cause qui était juste, Rudolf Duala Manga Bell avait également contacté des amis journalistes et avocats allemands pour trouver une issue, même judiciaire, à Berlin au problème foncier de son peuple. En attendant que les voies politiques, diplomatiques et judiciaires aboutissent aux résultats escomptés, Rudolf Duala Manga Bell avait envisagé une sorte de « plan B » qu’il a communiqué à ses homologues Rois ou chefs de contrées situées à l’intérieur du pays, dans les régions actuelles de l’Adamaoua, du Centre, du Littoral, du Sud, du Nord-Ouest et de l’Ouest. 
Il fut arrêté par la suite. Figure emblématique de la résistance. Ce fut le début de son calvaire. 
Accusés de haute trahison, Rudolf Duala Manga Bell fut jugé et condamné dans une parodie de procès avec son conseiller Ngoso Din le 7 août 1914. 
Le lendemain, 8 août 1914, ils furent tous les deux pendus. Puis inhumés au cimetière Njo Njo. Mais, en 1935, les restes de Rudolf Duala Manga Bell furent ramenées dans la maison royale à Bonanjo. 
L’histoire retient que Rudolf Duala Mang Bell est l’une des figures emblématique de la résistance camerounaise face à l’oppression, face à la ségrégation et face à la colonisation déguisée en ce que les rois croyaient être le protectorat.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s