AYONG YEZOUM !!! II – LA CONSTITUTION D’UNE FEDERATION ETHNIQUE

La constitution d’un bloc homogène (pendant la période post – coloniale) par les chefs Yezoum était une obsession tel que ces monarques mettront sur pied des stratégies offensives et variées au service de leurs vélocités expansionnistes et guerrières.
Les Yezoum ont à leur tête un groupe social exogame de lignages composés des Yemendam, Yembias, Yezo’o et Yetsela contrôlant d’autres groupes non apparentés comme les Yessamba, Yemba’a, Yetsala, Elig – na ou Enkozock
En fait ce lignage n’est composé que de deux familles ( Yamendan et Yembias ). Pour atteindre leurs objectifs, les monarques Zoum ont mis en place une stratégie d’annexion des tribus et de conquêtes de nouveaux territoires :

Sur le plan militaire :

Abat Angoula et son fils Simeko’o’ tenteront d’annexer les Yebeloko avec lesquelles ils entretiendront des relations variant au gré de leurs intérêts ( collaborateurs, amis ou adversaires) . Dans la région de Nkoteng, ils s’attaquent avec succès aux Yekaba qui sont obligés de battre en retraite et de se réfugier chez Mvongo Ndouma (le chef Yebekanga) . Abandonnant dans leur fuite, quelques familles prises aux pièges. Naïf ce dernier payera cher cette hospitalité comme on le verra quand on évoquera l’histoire de l’incroyable descende aux envers des Yebekanga et la « résurrection » politique de l’ambitieux et opportuniste Nanga Ekoko qui profitera de l’entrée en lice dans l’échiquier régional, du colon allemand pour devenir le maître incontesté de ce qui deviendra le département de la haute – Sanaga.

Ainsi les chefs Yezoum étendent leur hégémonie avant l’arrivée du colon allemand sur les groupes de la région de Nkoteng. On est là au début des conflits et de la haine qui durent à ce jour entre les Yezoum et les Yekaba. Des conflits extrêmement meurtriers qui ont fait le lit de l’animosité actuelle entre ces deux groupes et qui n’a cessé de rythmer leur quotidien. On peut citer en passant :
· La tradition qui attribue la décapitation de Nko – Abat, (le père de Nanga Eboko) à Angoula Byo’o, le chef Yezoum,
· Le même Angoula Byo’o qui tentera en vain (à l’occasion des obsèques de son fils), de jeter Nanga Eboko dans la tombe de son fils . Pour en finir une bonne fois pour toute avec ce chef déchu et encombrant voisin (en exil) . Et ce comme il était de coutume de faire avec ses clients ou esclaves au décès d’une personnalité. Cet incident va mettre le feu aux poudres et déclencher une série d’hostilités meurtrières entre les deux groupes. Battus, les Yekaba se réfugient donc vers le nord.
Avec l’appui des Vuté, ils reviendront infliger une courte mais cinglante défaite aux Yezoum. La seule essuyée par ces redoutables et va – t’ en guerre familles Yezoum . Mais la riposte sera redoutable et oblige les Yekaba à battre en retraite et regagner leur asile de Nkolndong (qui deviendra sous la colonisation Nanga – Eboko). On en parlera courant 1er semestre 2018.
· Le cessez le feu et l’alliance que proposera (le très affaibli chef) Nanga Eboko par la suite seront rejetées hélico par les Yezoum, un brin trop confients de leur supériorité militaire. Y voyant le tour de passe de leur éternel adversaire et ennemi.
· Plus près de nous au mariage de Chantal et Paul Biya à Mvomeka’a le 23 avril 1994 (le président camerounais étant Yezoum et Yemendam), les Yezoum refusent de faire partie de la délégation de la Haute – Sanaga (dont le tort est d’être considéré comme Yekaba , l’ennemi héréditaire !!!!!!!), et menacent de vider les lieux. L’incident oblige les organisateurs à revoir leur copie. La Haute – Sanaga sera officiellement représentée par toute la Haute – Sanaga, excepté les Yezoum, qui formeront (séance tenante) leur propre délégation. Officielle bien sûr, sous le regard complice du marié !!!!!!! Deux délégations officielles pour représenter un seul et même département. La guerre froide Yekaba/Yezoum continue.

Saute d’humeur banal des irréductibles Yezoum ou derniers avatars des soubresauts de l’histoire de ce département ?

En tous cas cet incident protocolaire cache des enjeux géopolitiques énormes sur fond de suprématie ethnique d’une part et la frustration Yezoum d’autre part. Cette théâtralisation des accrochages et conflits meurtriers et séculiers entre les deux grands groupes sociaux de la Haute – Sanaga cache mal l’envie des descendants de Simeko’o d’en découdre et de s’émanciper du « joug Yekaba. L’un des leur étant au pouvoir à Yaoundé, ils en profitent. Et bomber le torse. Autant vous dire qu’en face, on avait serré les dents. Et même les fesses ….
Entre les lignes, il fallait y lire le ras le bol des perdants du duel fratricide entre les deux groupes qui n’ont jamais goûté avoir été « enrégimentés » dans la Haute – Sanaga. Aka dans le « joug Yekaba ou Bamvélé » de l’ennemi Nanga Eboko . Le département de la Haute – Sanaga est une construction coloniale aux services du colon et au mépris des réalités ethnico – sociétales. Je vous ai dit qu’on en parlera courant 2018.

En refusant l’alliance proposée par le chef de Yekaba et en engageant dès 1919 les hostilités contre ce dernier, le chef Angoula Biyo’o ne s’imaginait pas qu’il déclenchait là le compte à rebours de sa perte et la descende « aux enfers » de son peuple. Il va le payer cher. Mais alors trop cher. De plus, son opposition frontale à la colonisation allemande (comme les Batschenga dès 1899) enfoncera ce peuple, un peu plus. Ils subiront même l’expédition punitive d’un bataillon de la Schutzruppe, qui y stationnera pendant deux ans. Les vestiges des stocks d’arme y sont encore visibles ( qui peut me donner le nom de ce village s’il vous plait) . Les deux colonisations allemandes et françaises se feront sans eux. Rancuniers, les colons ont gardé une dent comme ces récalcitrants Yezoum . Et même plus d’une dent. Ici ce trouve en partie l’explication sur le fait que la Haute – Sanaga se soit construite un peu sans eux, loin d’eux et loin de leur intérêt ……

Jusqu’ au bout les Yezoum ont défendu leur territoire et leur honneur. Je ne peux m’empêcher de rendre hommage à ce peuple d’Hommes de conviction, mort pour leur noble idéal. Je vous épargne l’héroïne du célèbre chef Simeko’o ( de la famille Yemendan). Dépassé par ce guerrier qui disparaissait chaque fois qu’on devait l’arrêter, les allemands auraient convaincu son frère de le leur livrer. Martin Paul Samba aurait accepté le deal. Avant d’être emmené par les allemands, Simeko’o lancera à Samba à peu près ces mots : « ce qu’ils feront de moi, ils te feront la même chose un jour ». La suite on la connait. Et la  » prophétie » de Simeko’o se réalisera . Cette face cachée et sombre de l’héros et résidant Martin Paul Samba a été volontairement occultée par ceux qui ont toujours choisi de revisiter l’histoire. Comme on l’ai fait pour Douala Manga Bell , Charles Atangana ou Nanga Eboko . Avant de se rebeller contre le colon, ils ont été à leur solde et on trahit leurs frères. Simeko’o restera patriote, nationaliste et résistant jusqu’au bout. D’où le fait qu’il ne figure dans aucun livre d’Histoire et même pas dans la mémoire collective. A jamais. Inutile d’insister ……….

La supériorité, la puissance militaire et guerrière des familles Yezoum ne s’étaient jamais traduites en victoire politique sur le terrain. Angoula Biyo’ o et son fils seront supplantés par un Nanga Eboko, pourtant affaibli pourtant. Mais très habile.

Sur le plan politique et sociétal, les monarques Zoum mettront en place une fédération ethnique, que dis – je une juxtaposition de tribus sur fond de rejet de l’autre, de clivage profond et d’animosité réelle. Et ce au service de leur folie guerrière qui a eu pour conséquence la production d’une unité administrative (la chefferie supérieure et plu tard l’arrondissement) qui sera en fait qu’une coalition hétéroclite de groupes ethnies qui ne partagent rien ensemble d’une part et une ségrégation à l’intérieur même de la famille Yemendan d’autre part.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s