OSENDE AFANA BRILLANT ÉCONOMISTE, MARTYR DU COMBAT POUR LA LIBÉRATION NATIONALE AU KAMERUN 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Baptisé Castor OSENDE AFANA à sa naissance, l’homme a vu le jour dans la petite localité Nkogksaa, département de la Lékié en 1930. Très tôt, il rejoint la capitale Yaoundé. Très tôt ses idées apparaissent subversives et son regard sur le monde embarrassent. Dans un environnement portée à la préservation d’un monde immuable, le jeune homme, comme il est élève au Lycée Leclerc à Yaoundé au Kamerun est séduit par des idées progressistes et de résistance. Les prises de conscience du combattant en gestation le poussent à refuser désormais que l’on le nomme par le prénom Castor porteur pour lui d’une double négation et d’une infamie. Il veut être appelé par un patronyme qui le situe dans son africanité, dans sa camerounité, il ne veut pas d’un nom allogène d’autant plus infamant qu’il est un nom de rongeur !

Militant dans l’âme, en quête de meilleures conditions de vie, il est en 1952, l’un des meneurs de la grève des élèves noirs du lycée qui revendiquent une amélioration de leurs conditions de vie à l’internat. Déjà proche des idées de l’UPC -Union des Populations du Kamerun, principal parti revendiquant l’indépendance- il donnera sa véritable dimension et son leadership en France où il poursuit ses études à Toulouse, puis à Paris.
A Toulouse, il se retrouve dans le même comité de base de l’UPC que Paul Tessa, Augustin Frédérik Kodock, Jacques Roger Booh Booh etc. Il adhère à l’UNEK (Union Nationale des Etudiants Kamerunais) section de la FEANF (Fédération des Etudiants d’Afrique noire de France) ; dans cette structure, il fait la connaissance d’autres étudiants alors progressistes, notamment le guinéen Alpha Condé, le congolais Pascal Lissouba, l’ivoirien Henri Konan Bédié et bien d’autres.

Il anime le journal de la FEANF et fait partie du Comité d’accueil qui gère les publications de l’UPC en France, notamment « la voix du Kamerun », et surtout l’organisation des voyages de tous les cadres politiques du mouvement de l’UPC de passage en Europe en général.

C’est ainsi qu’il se fait remarquer par le président Félix Roland Moumié, qui en fait un de ses proches collaborateurs. Il sera très écouté du Président de l’UPC. A ce titre, il est régulièrement reçu par des chefs d’Etat progressistes africains.

Parallèlement à son action militante, il mène de brillantes études qui aboutissent à l’obtention d’un doctorat d’Etat en économie. Il est le premier docteur en économie d’Afrique noire.

Sa thèse de doctorat sera publiée aux Editions Maspero sous le tire ‘ l’Economie Ouest africaine, perspectives et développement « . Il y affirme qu’il n’y a pas de véritable indépendance sans indépendance monétaire. Il milite ainsi pour une monnaie africaine qu’il baptise Afrik. Son livre a été traduit en plusieurs langues et souvent cité en référence dans les hautes sphères de l’économie mondiale.

Très grand admirateur de Che Guevara, au cours d’une réunion à Paris, il déclare que la théorie ne vaut rien sans la pratique. C’est à cette occasion qu’il informe ses camarades qu’il est sur le point de rejoindre son pays le Kamerun, pour apporter sa contribution à la lutte de libération aux côté d’Ernest Ouandié alors Vice président de l’UPC.

Aux côtés d’Ernest Ouandie, il crée le Comité révolutionnaire, dont Ernest Ouandié est président ; comme autres membres quelques jeunes cadres nouvellement sortis d’universités occidentales, parmi lesquels Woungly Massaga –Docteur en mathématiques-, Docteur Ndongo Diyè –médecin-, Maître Michel Ndoh –avocat- Njawé Nicanor, Tchaptchet et le Vice président Abel Kingué ; il choisit la lutte armée dans le maquis camerounais où il était chargé du Deuxième front à l’est du pays, pendant que Woungly Massaga dirigeait le Premier front à Djoum au sud du Kamerun.

Le Congo est sa base arrière. Son maquis est repéré au mois de février 1966 ; le Président Ahmadou Ahidjo exige formellement qu’Ossendé Afana lui soit ramené à Yaoundé vivant ou mort, sachant que la seule indication précise sur sa description est qu’il porte des lunettes et qu’en grand admirateur de Um Nyobè, il mettait les mêmes patogas pour parcourir la forêt.

Les conditions de son assassinat le 15 mars 1966 à l’âge de 36 ans, pas loin de la frontière congolaise restent troubles, mais les témoignages s’accordent à reconnaître une impréparation possible du front et des trahisons certaines.

Le 15 Mars 1966, dans le maquis de la Boumba Ngoko au Sud Est du Cameroun, Osendé Afana, l`un des plus brillants intellectuels militants anti-colonialistes de l`Afrique du 20è siècle, à la tête d`un détachement de partisans, membres de l`Union des Populations du Kameruun (UPC)
engagés dans la lutte armée contre le néo-colonialisme, fut assassiné et décapité par les forces armées néocoloniales du Gouvernement kamerunais. Plus de quarante ans après, les autorités kamerunaises classent toujours comme  » secret -défense ‘ les informations sur les circonstances de cet assassinat.

Cet homme est une figure méconnue des combats de l’Afrique en général et du Kamerun en particulier pour l’indépendance. Il mérite que l’on explore son histoire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s