LA TRAGIQUE HISTOIRE DU HÉROS NATIONALISTE JACOB FOSSI

Métchié

Jacob Fossi est l’un des prisonniers nationalistes du mouvement politique UPC camerounais mort jeté dans les chutes de la Métché par des soldats français.

Enfance et débuts

Jacob a participé à la construction d’une école à Bafoussam au début des années 1950. Il était scribe pour le service des eaux et forêts à Bafoussam. Il est un homme pieux dont la Bible était soulignée et portait ses notes et marques de lectures.

Engagement politique

Il devient un membre important parmi les nationalistes de Bafoussam. Il est arrêté un matin de juin 1956 devant sa famille. Il est emprisonné à la prison de Dschang où il est incarcéré seul dans la cellule 6 pour lui éviter de radicaliser les autres prisonniers.

Jacob Fossi est connu pour être le prisonnier qui aurait entraîné le gendarme André Houtarde dans sa chute mortelle dans la rivière Métché près de Bafoussam. Michel, alors âgé de 12 ans quand il était à Bafoussam, fils de Jean Clerget confirmera que son père et d’autres gendarmes avaient l’habitude de jeter des gens dans la rivière, du haut d’une chute d’eau. Et qu’une fois, un prisonnier s’est accroché à la mitraillette d’un gendarme appelé Houtarde et l’a entraîné dans sa chute.

Décès

Le 9 mai1957, le journal de la gendarmerie du Cameroun annonce la mort du gendarme André Houtarde « disparu dans la rivière Métché à 0h30 au cours des services de nuit ». Le compte-rendu des renseignements décrit lui : « Nuit du 8 au 9 mai 1957 : à Bafoussam, un gendarme européen est noyé accidentellement ».

Interrogeant l’un de ses geôliers, Fossi apprend que les prisonniers sont jetés à l’eau près de la chute de la Métché.

Connaissant le sort qui lui est réservé, il prépare un plan pour emporter l’un de ses bourreaux dans sa chute. Il propose d’autres noms de nationalistes au chef des gendarmes et attire ainsi Houtarde auquel il peut s’accrocher et l’entraîne dans sa chute

Le jour de son exécution programmé et connaissant le sort qui lui sera réservé, il prépare un subterfuge pour emporter l’un de ses bourreaux dans sa chute. Alors que ses bourreaux s’apprêtent à le propulser du haut des chutes de la Métché, il propose à ces derniers de leur dévoiler les noms et cachettes de d’autres nationalistes camerounais recherchées. Ceux-ci le détachent. Les mains libérées de ses chaines, Jacob Fossi s’accroche au gendarme français Houtarde et plonge dans les chutes de la Métché. A travers ce geste de sacrifice ultime il mit fins aux exécutions des nationalistes depuis les chutes de la Métché.

Sa fille qui avait 2 ans au moment où son père fut arrêté, raconte l’histoire de son père dans un livre intitulé : « Les profondes blessures d’une chute ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s