EXTERMINATION SECRÈTE DES SÉCESSIONNISTES DANS LES PRISONS DE BUEA ET MBOUDA

Deux années se sont écoulées depuis le début du conflit dans le sud du Cameroun. La guerre insensée entre les forces du gouvernement camerounais et les forces de restauration du Conseil d’autodéfense d’Ambazonia a déjà chassé plus de deux cent mille Camerounais du Sud et environ 1600 y sont morts.

Les civils camerounais du Sud ne souffrent pas de la prison centrale de Kondengui ni de la fameuse prison de New Bell à Douala: les sources font état d’une campagne d’exécutions extrajudiciaires du gouvernement Biya dans les centres de détention de Buea et Mbouda.

Depuis le début de la crise, chaque semaine et souvent deux fois par semaine, des groupes de 40 Camerounais du Sud ont été exécutés. En deux ans, jusqu’à 1600 personnes, pour la plupart des civils soupçonnés d’être opposés au régime de Biya à Yaoundé, ont été tuées en secret à Mbouda et à Buea.

Les détenus ambazoniens souffrent dans des conditions inhumaines: torture répétée et privation systématique de nourriture, d’eau, de médicaments et de soins médicaux. Nous avons également appris que le gouvernement intérimaire de la République fédérale d’Ambazonie a acquis des documents décrivant comment ces politiques d’extermination ont tué un grand nombre de détenus du sud du Cameroun. Notre principal reporter dans la zone Nord, Sama Ernest, qui a contribué à ce rapport, a dit qu’il y avait de bonnes raisons de croire que cette routine est encore en cours aujourd’hui.

Le gouvernement de Yaoundé, dirigé par Paul Biya, n’a jamais pris le temps d’enquêter sur des meurtres. Tout ce qu’il a toujours fait est de recourir à la punition collective dans laquelle les maisons des civils innocents sont rasées, et les jeunes innocents sont abattus à bout portant. Les actions des forces armées du pays ont créé plus de combattants au cours des six derniers mois, comme les civils ordinaires – les garçons et les filles – croient maintenant qu’ils doivent se défendre contre une armée qui utilise leurs impôts pour assassiner les gens qu’ils sont censés protéger.

Les Camerounais du Sud ont appelé à l’aide internationale. Ils veulent maintenant que le monde les protège contre leurs prétendus protecteurs. Les tactiques d’assassinat collectif et les punitions collectives du gouvernement ont suscité beaucoup d’attaques ces derniers temps et même l’administration Trump a été déçue par les méthodes utilisées par le gouvernement dictatorial de Yaoundé pour rétablir l’ordre dans les deux régions anglophones du pays.

Amnesty International et l’International Crisis Group ont également vivement critiqué les actions irresponsables du gouvernement de Yaoundé. Au cours des six derniers mois, le gouvernement camerounais a travaillé dur pour éliminer les villages de sa propre carte grâce à une politique de la terre brûlante que beaucoup de membres de la communauté internationale ont désapprouvée. Amnesty International et l’International Crisis Group ont tous mis en cause l’action du gouvernement contre les Camerounais du Sud. Le monde a été pris de court par l’engagement du gouvernement à l’égard de ces violations des droits de l’homme.

Kwakwa, Mbonge, Etoko et Kembong dans la région du Sud-Ouest ont été ramenés au 10ème siècle par le gouvernement. Son plan était d’intimider les gens dans la soumission, mais la stratégie a jusqu’à présent été contre-productive. À Kwakwa, de nombreuses personnes âgées ont été brûlées vives par les forces gouvernementales afin de punir toute la population pour l’assassinat d’un soldat par des hommes armés inconnus et non identifiés.

 

D’autres villages ont également fait l’expérience de la colère et de la frustration du gouvernement face à une rébellion qu’il pensait pouvoir mettre en place en une seule action militaire. Mbonge, Bali et Batibo ont tous été victimes de la politique malveillante du gouvernement de Yaoundé visant à éradiquer toute opposition.

 

Le terrorisme est devenu le mot à la mode au Cameroun et quiconque considère une position contraire à celle du gouvernement est considéré comme un terroriste. C’est un nouvel outil qu’il utilise pour éradiquer l’opposition, mais les temps ont changé, et les habitants du Cameroun résistent clairement à un gouvernement qu’ils jugent corrompu jusqu’à la moelle et inefficace.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s