LE MINISTRE DES TRANSPORTS HUMILIE UN DE SES AGENTS POUR AVOIR BIEN FAIT SON TRAVAIL

Screenshot_9

La scène se déroule à Douala samedi 26 mai dernier.
Mr DOUMBE ETOUNGUE Henri est agent d’Etat du ministère des transports au département du Wouri. Il est envoyé par sa hiérarchie en mission pour superviser une équipe de prévention routière sur la nationale N°3 avec deux policiers du GMI N°2 de la même ville.
Au cours de la patrouille, une grosse voiture conduite par le Proviseur du lycée Bepanda, Madame EBOA THAMAR, précédemment proviseur au lycée bilingue de New-Bell où elle a passé 2 ans et 9 mois qu’elle laisse d’ailleurs dans un état d’insalubrité criard, est interpellée pour présenter le dossier du véhicule constitué d’une carte grise, l’assurance et le certificat de visite technique. Elle n’est pas très coopérative mais enfin présente tout de même le dossier. Mais la visite technique du véhicule est périmée depuis 3 mois déjà. Le chef de bureau de la prévention routière, Mr DOUMBE verbalise la dame et retient la carte grise du véhicule pour non paiement d’amende. Madame le provisseur non contente s’en va en grommelant des choses du genre  » vous viendrez me remettre ce dossier à genou ».
Après une journée de dure labeur sous un soleil caniculaire, l’équipe de prévention routière prend congé.

À 22h 45, Mr DOUMBE ne se doute de rien chez lui quand subitement il est réveillé brutalement dans son sommeil à peine entamé par un coup de fil menaçant de sa hiérarchie avec un message interposé de son Ministre de tutelle, NGALE BIBEHE qui le somme d’aller ipso facto remettre le dossier du véhicule au provisseur dont le mari est le très « puissant » Procureur de la République près le tribunal de grande instance du Wouri, HENRY EBOA et ceci avant minuit. IL le Ministre NGALE ira jusqu’à lui intimer l’ordre de lui tenir informer dans les brefs délais par tous les moyens de communication de la remise effective de ce dossier avant qu’il aille au lit.
Le Chef de bureau de la prévention routière n’en croit pas de ses yeux surtout qu’il pense avoir seulement fait le travail pour lequel il a été mandaté.
Assisté par quelques collègues de l’équipe du jour, une patrouille est effectuée en pleine nuit pour retrouver à Bonanjo la maison du magistrat ce d’autant plus que le ministre patron de Mr DOUMBE à Yaoundé attend qu’on lui rende compte de l’effectivité de la remise de la carte grise du véhicule du proviseur. Comme une aiguille dans une botte de foin, la maison du procureur est difficile à retrouver mais enfin ils y sont. Mr DOUMBE remet le document querellé et présente toutes ses excuses à Madame le proviseur pour son « impertinence » à l’endroit de l’épouse du tout « puissant » magistrat dont il a confondu à un citoyen ordinaire -puisqu’au Cameroun la loi c’est pour les riches. <<Vous n’avez pas vu le nom qui est sur le dossier là? hein? Qui ne connaît pas mon mari ici à Douala hein?  » dit EBOA THAMAR

Lundi matin vers 9h alors que l’agent d’Etat savait que tout est fini depuis samedi qu’un autre coup de fil de sa hiérarchie à Douala le somme à nouveau de se rendre immédiatement dans les services de Mr le procureur Henry EBOA qui meurt d’envie de donner une bonne leçon de civisme à ce morveux qui ose le défier. Et c’est ainsi que Mr DOUMBA rencontre le « grand » procureur dans son bureau. <<C’est toi qui ose retenir la carte grise de mon véhicule hein ? dit le procureur. Estime toi heureux que nous soyons tous les deux des ressortissants du Mungo sinon je t’aurais envoyer à la prison de New Bell pendant 7ans pour outrage à magistrat. Tu vois mon bureau? ajoute – t-il, ici je convoque le gouverneur ou le préfet quand cela me plaît pour les tirer les oreilles. D’ailleurs même le Chef d’Etat je peux le convoquer devant la barre si je le veux. J’ai ce pouvoir. Pour ton audace à ma personne le temps que tu as perdu à ma femme alors que tout le monde me connaît bien à Douala depuis 6 ans, tu vas rester là toute cette journée à défaut de t’envoyer à New Bell si j’écoutais un temps soit peu le conseil du préfet.>> Lance-t-il effarouché
C’est ainsi que le chef de bureau de la prévention routière du Wouri a été séquestré dans les services du procureur de 9h du matin jusqu’à 21h sans manger ni boire de l’eau pour avoir seulement bien fait son travail.
Comment peut-on humilier un si vaillant Camerounais qu’on trouve difficilement de nos jours qui fait son travail avec objectivité et droiture? N’est-ce pas une manière de dire que ceux qui travaillent bien sont mal vu? Il se susurre que le Ministre des transports qui a muté cette femme au lycée de Bepanda entretient de très bonne relation avec cette famille.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s