EXÉCUTION SOMMAIRE DE L’ARMÉE DE BIYA. EXPLICATION D’UN EXPERT

placeholder://

Vidéo de trois minutes tournée dans le mayo tsanaga a l’extreme nord du cameroun. Montrant des militaire armees des fusils Kalashnikov Ak47 et fal fusil d’assaut leger. Les cultures en terasse qu’on trouve sur la video ne se trouvent nul part ailleur au cameroun que dan le mayo tsanaga les cailloux, la montagne et les arbustes apelles « tchaski » en sont des autres preuves. Le village au bord de la route nous prouve que cette video est tournée dans la zone Mozogo-Moskota. Il ya un camp de militaire de l’armee regulière camerounaise a Mozogo. La video est filmée par un militaire de l’armee qui en même temps commente cette video.

Elle montre ceci:

– deux femmes presumées BH avec leurs enfants dont un bébé au dos et un autre d’environ Sept ans sont trainés par des soldats de l’armée camerounaise dont un soldat de deuxieme grade que son collègue appelle « cobra » et un caporal chef du nom de « tchotcho » ils sont suivis par une escouade d’une dizaine de membres du comité de vigileance qui a leurs tours sont armés de gourdins et des machettes le soldat dit avoir recuperé les deux femmes et leurs enfants pendant l’assaut. Mais la présence des membres du comite de vigileance parmi lesquels les enfants et le fait que les militaires ne sont pas habillés en tenue de combat (sans casques, ni gilets pare-balles ni rangers d’ailleur dautres sont en tshirt et babouches) ainsi que le mot « récuperer » indiquent que les deux femmes ont été livrées par les membres du comite de vigileance. La presence des villageois qui suivent la troupe en est une autre preuve qu’ils ne sortent pas d’un assaut quelconque. Les deux femmes et leurs enfants n’etaient pas armés. Le caporal chef dont le comentateur dit qu’avec lui c’est « saignant » donne des coups et des gifles à la femme qui tient son enfant. Un autre militaire s’est illustré en venant gifler une des femme en lui demandant de lever sa tête qu’il a qualifié de « calebasse ». Le caporal chef réencherit en disant a la femme qu’elle va mourir. A 00.56s on entend un des soldat demander qu’on enlève l’enfant là au dos et un autre de repondre « qu’on va la trouer avec l’enfant là ». Les soldats environ 6 sont sortis de la route pour conduire les deux femmes et leurs deux enfants en bas d’une petite montagne c’est là où on remarque les cultures en terasse propre au Mayo tsanaga a l’extreme nord.

Arrivé au lieu de l’execution, les militaires ont utilisés les foulards des femmes pour les bander les yeux et le T’shit de la petite fille pour fermer son visage quand au bébé attaché au dos de sa mère il n’ont pas jugé utile de bander ses yeux. A ecouter le dialecte en fond sonore on realise que les membres du comite de vigileance sont des kirdis et les deux femmes aussi probablement kirdis chretiennes ou animistes car les deux femmes n’ont pas de cheveux sur la tête contrairement au femmes musulmane kanuris, arabes choas, haussa ou peules.

Tout porte a croire que le bébé sur le dos est un garçon puisque le militaire rapporteur confesse en disant au bébé qui est au dos ceci « Mon petit ça nous fait mal mais tes parents nous ont mis dans une situation… » on voit le caporal chef executer la premiere femme avec son enfant a ses cotés par des rafales de tirs groupées, un autre soldat execute la deuxieme femme avec son bébé dans le dos. Il ont mis cette dame dos tournée vers leurs canons pour mettre en evidence le bébé au balles de leurs armes. On entend un des militaire leurs dire d’arrêter de tirer que les deux femmes et leurs enfants etaient dejà morts, on entend un autre dire qu’on a prit la tête. On voit le sang couler sur le sol provenant de la maman et du bébé. Un soldat demande a ceux qui ont tiré de verser la poussière sur les cadavres, une sorte de rituel que font les militaires camerounais quand ils executent quelqu’un pour disent-ils ne pas être hantés par l’esprit ou l’âme de l’éxecuté. Le soldat qui tourne s’approche de la femme qui gît dans une marre de sang avec son enfant et affirme que: « l’enfant ci vit encore » et un soldat arme sa mitrallette et acheve l’enfant. Les soldats somme a un certain « gâna » que s’il a peur qu’il quitte et qu’il ne faut pas qu’il gâte la video. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s