PAUL BIYA: L’AUTORITÉ DE LA FAIBLESSE.

On a coutume d’assimiler le Cameroun à une dictature conduite depuis 36 ans par un tyran despote, qui fait feu de tout bois pour assurer la pérennité de son pouvoir, au détriment des aspirations légitimes du peuple. Certes, le syndrome est manifeste, et les effets visibles au quotidien:

— inexistance de séparation entre les pouvoirs,

— parlement figuratif,

— justice aux ordres,

— institutions toutes connotées partisanes,

— libertés individuelles et collectives bridées,

— expression intempestive de la force qui peut être armée, partisane, d’une caste sociale ou ethnique,

— abscence de possibilité d’alternance etc….

Là où la situation devient cocasse et fait dire aux plus résiliants que  » le Cameroun c’est le Cameroun », et aux moins optimistes « le Cameroun est une curiosité planétaire »,c’est lorsque, d’un point de vue ethiologique, on cherche à comprendre les causes, et à classifier le cas Cameroun.

On se rends alors à l’évidence que le Cameroun est une dictature, certes, mais qu’il n’ya personne derrière ce tableau obscure!!!… il n’ya pas de dictateur!!!…

En effet, on ne s’improvise pas dictateur!… on né comme tel, chargé par les gènes et les éléments, structuré par l’éducation et l’environnement, les circonstances et les contextes faisant le reste.

Tous les dictateurs au monde sont porteurs de traits caractéristiques appuyés, et de comportements marqués qui les inclinent à des excès de toutes natures qui ne peuvent faire illusion!!!…

Le sujet biya ne recoupe en vérité, aucun de ses prérequis determinants:

— Il n’a déjà pas le nom qui va avec: PAUL BIYA BI-NVONDO n’a rien à voir avec un MOBOUTOU SESESEKO KOUKOUBWENDOU WAZABANGA!!!…

— Il n’a pas la gestuelle expressive, la logorrhée interminable et la puissance vocale d’un CASTRO!

— Il n’a non plus le pas martial et martelé qui propage de micro-ondes telluriques dans le sol comme HITLER!

— Il n’a pas la stature et le port altier d’un POUTINE!

— Il n’a pas la boulimie gastro-libidineuse d’un MSWATI III ou d’un IDI AMINÉ DADA!

— Il n’a pas la cruauté d’un ISAÏS AFEWERKI ou KIM JONG!

— Il n’est pas enclins aux frasques de zinzin d’un SAPARMURAT NIYAGOR (pas de dentistes dans son pays; on mâche les os pour se soigner des maux de dent, les mois de l’année et les objets usuels portent son nom, pas de cheveux ni barbe chez lui etc…)

A l’évidence, Paul biya échappe à toute cette caracteriologie et nous oblige donc, à convoquer le plus futé des phenomenologues pour nous permettre de comprendre comment un homme tout à fait banal et ordinaire, peut produire des effets extraordinaires, sans nul rapport avec son personnage!!!… en d’autres termes, pour s’inscrire dans la vulgate, qu’est-ce qui n’a pas marché, pour qu’un régime, conduit par un homme tout ce qu’il y a de normal, produise au bout, une dictature qui palirait à peine devant les plus reconnues de la planète!!!…

A tout prendre, de notre modeste point de vue, et à l’analyse du parcours de M. BIYA, des repères majeurs qui marquent son magistère, nous en arrivons aux observations qui suivent:

— Comme grand commis de l’état dans l’ombre de AHIDJO, tous les témoignages sont laudateurs et convergent pour indiquer son abnégation et son assiduité au travail, son effacement, sa fidélité, sa distance avec les oripeaux du pouvoir, et donc… un homme dimensionné pour exécuter et moins pour gouverner ou exercer le pouvoir!!!…

— Les aurores de son magistère se présentent sous des auspices prometteurs, avec des postures et des discours porteurs d’espoir et de perspectives heureuses pour le Cameroun et son peuple. Nombre d’entre nous avons jubilé à l’idée de cette ère nouvelle qui s’ouvrait, avec un homme déterminé et chargé des aspirations légitimes du peuple.

— la tentative malheureuse du coup d’etat de 84 viendra nous ouvrir à un tournant décisif, à la fois pour l’homme et pour la nation toute entière. Tout se passe comme si, du bunkers où il était réfugié, les forces loyalistes ont sorti l’individu paul, et on a laissé en bas le PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE UNIE DU CAMEROUN M. BIYA bi-nvodo (pour paraphraser KANKAN de regretté memoire).

— Monsieur PAUL qui gouverne depuis (34 ans), a jeté aux ortis tout son idéal de chef et de gouvernant à l’écoute et au service du peuple, pour muer en un administrateur détaché, désormais soucieux et préoccupé uniquement par sa survie et la perenite de son strapontin.

Le pouvoir régalien de l’état, il l’a donné en pâture à des rapaces et fauves de toutes extractions, qui en usent et abusent à leur gré, à charge pour eux, de ne point lorgner du côté du fauteuil du roi!!!…

Ainsi emietté et redistribué à de multiples pôles, chaque parcelle de pouvoir devient un champ d’autoritarisme fébrile, qui de proche en proche, tisse autours du roi, une toile robuste et hermétique, qui finit par l’emprisoner. Il devient des lors, un instrument aux mains d’une foultitude de prédateurs sans foi ni loi, capables de donner pères, mères et enfants pour maintenir le statut-quo!

Il n’ya qu’à voir l’étendue de la capacité de nuisance et le peut de cas qu’un fantassin de l’armée, un chef de service ou un sous-préfet fait de la loi!!!.. il n’est pas jusqu’aux prélats et chefs traditionnels qui ne s’incrivent dans cette derive, chaque corps s’étant dépouillé de son idéal, de son éthique et de sa consubstance, pour devenir des instruments partisants, au service du pouvoir, pour opprimer et soumettre le peuple!!!…

En somme, nous sommes gouvernés depuis 1984 par une ombre, un pantin articulé dont les marrionettistes se recrutent dans les cercles militaro-administratifs, élitistes, ethniques, traditionnels, religieux, ésotériques et sectaires, qui quadrillent biya et le territoire, dictant la mesure, le rythme et la musique, veillant à l’étanchéité du système, à la solidité des liens, à l’engagement et à la robustesse de chaque maillons, à la pérennité de la machine infernale, quelque soit par ailleurs, la médiocrité de l’ « out put », les cris d’orfraie qui peuvent provenir de la communauté nationale ou internationale!!!…

Face au monstre ainsi décrit, l’échéance de 2018 revêt un caractère radical. Au regard de la conjoncture à la fois socio-economique et securitaire, mais surtout, compte tenue des deflagrations qui de manière récurrente, marque les fins de règne des pouvoirs autoritaires qui se sont étalé sur la durée, seuls 2 alternatives salutaires s’offrent à ce pays:

— Soit le président biya prends conscience de l’extrême gravité de l’heure, s’affranchit du monstre qu’il a lui même créé, récupère le pouvoir qu’il a dévoyé, redevient le PRESIDENT BIYA PAUL de 1982, et dans ces conditions, peut reconstruire le capital sympathie qu’il a dilapidé et, à coup sûr, conqueir avec une réelle dynamique populaire un dernier mandat pour ratrapper ne fusse qu’en partie les errements de 36 années, question de rentrer véritablement dans l’histoire par la grande porte. Pour ce faire, il est urgent qu’il donne  » toutes affaires sessantes », des gages sérieux et robustes de son changement de cap. Le problème anglophone pourrait être de ce point de vue, un test grandeur nature et un champ d’expérimentation du « Paul biya nouveau »!!!…

— soit alors c’est l’opposition qui réalise en fin, que l’adversaire n’est pas biya, mais plutôt un monstre multi-tentaculaire et pluri-céphalé, qu’aucun d’entre les acteurs, à titre individuel, ne peut terrasser.

En effet, face à la bête, il est impérieux de réaliser une masse critique en terme de puissance mobilisatrice, de stratégie programmatique et opérationnell, de force de contrôle et de défense de la vérité des urnes, pour espérer venir à bout de l’animal.

pour l’opposition, il ne s’agira pas de réaliser une avance de 10 000, 50 000 ou 100 000 voix (le monstre vous avale ça en un coup de langue), il est plutôt question de saturer la bête, lui balancer à la figure, une différence de 2 à 3 millions de voix!!!… même le dragon le plus téméraire ne saurait ingurgiter de tels volumes!!!…

L’opposition ne peut y parvenir qu’en transcendant les hypertrophies égotiques des uns et des autres, dans une puissante COALITION, vissée sur l’objectif majeure qui est celle d’arracher l’alternance par tous les prix.

Toute autre démarche contraire est immanquablement voué à l’échec, en l’etat actuel de notre environnement électoral!!!….

À BON ENTENDEUR!!!…

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s