VIDÉO – DES POLICIERS DU GSO DE BIYA FRAPPENT A COUP DE MACHETTE UN HOMME DANS UN COMMISSARIAT JUSQU’A CE QUE MORT S’ENSUIVE.

Un étudiant a pu filmer des scènes de violences policières à l’intérieur d’un poste de police de Yaoundé, la capitale camerounaise, lundi 31 décembre.

photo_

« xxxxx » (le nom a été changé pour des raisons de sécurité) est un jeune Camerounais parti étudier aux États-Unis, de retour au Cameroun pour des vacances. Lundi 31 décembre en fin de matinée il se rend au poste de police du « pont de la gare « situé entre le marché de Mfoundi et la gare de Yaoundé, pensant y trouver son oncle, victime d’un vol sur le marché quelques heures plus tôt. Les policiers lui demandent de patienter :

Témoignage :

« Dès que je suis arrivé, j’ai vu que le chef du poste était occupé : il était en train d’assister à la torture que pratiquait son collègue. Il ne pouvait donc pas me recevoir tout de suite alors pendant que j’attendais j’ai pu filmer avec mon téléphone caché, les bras croisés et mon portable contre ma poitrine. Personne ne faisait attention à moi. »

 

Sur les deux vidéos que « xxxxx » on voit un homme en maillot vert frapper au moins deux personnes assises par terre. Selon lui, cet homme serait un policier en civil. Plusieurs autres personnes sont présentes dans la pièce, elles ne cherchent visiblement pas à l’empêcher de porter des coups.

 

Vidéo 1

 

Vidéo 2

 

« On est dans la logique du policier-roi, ils croient pouvoir faire ça en toute impunité »

 

« J’ai entendu l’un d’eux raconter leur histoire aux policiers en leur demandant pardon. Ce sont deux frères qui vendaient de la viande sur le marché. Ils se sont fait arrêter parce que leur emplacement n’était pas réglementaire. Lorsqu’il a vu des gens venir en direction de sa marchandise pour faire fermer son étal, l’un des deux a essayé de se défendre, ne sachant probablement pas qu’il s’agissait de policiers en civil. Son frère est intervenu par la suite et les policiers les ont amenés au poste tous les deux. Ils ont demandé pardon pendant qu’ils recevaient les coups de pied mais ça ne servait à rien, les policiers n’écoutaient plus rien à ce moment-là ».

 

« J’ai vu les policiers leur demander d’enlever leurs chaussures. L’un des deux a refusé d’obtempérer, il disait : « je travaille, j’ai besoin de mes chaussures ». Les policiers l’ont frappé, il est tombé. Ensuite l’un deux a commencé à lui frapper la plante des pieds avec le plat d’une machette. C’est ce qu’on voit sur la deuxième vidéo. Par moment ils lui demandaient de se mettre debout et de sauter pour toucher le plafond. Le policier faisait passer la lame de sa machette sous ses pieds en lui disant : « sautillez, sautillez ! ».

L’homme en vert frappe la plante des pieds du prévenu avec le plat d’une machette tandis qu’un policier du GSO observe.

 

Je sais que c’est le chef de poste car c’est à lui qu’on m’a demandé de m’adresser pour mon oncle. Il est là, il laisse faire l’homme en vert. On est dans la logique du policier-roi, ils croient pouvoir faire ça en toute impunité. Ici, si vous vous faites attraper par la police, vous êtes mal partis.

 

Ces images permettent d’affirmer que les exactions visibles sur les premières vidéos ont bien été commises à l’intérieur du poste de police du GSO du marché de Mfoundi. En voici des captures d’écran.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.