POUR S’ACCROCHER AU POUVOIR, PAUL BIYA UTILISE LA HAINE CONTRE DES BAMILÉKÉ COMME ARME DE DIVISION DU PEUPLE CAMEROUNAIS

Pion de bas niveau, le Dschang Momo Jean, nommé sous-ministre de la justice il y’a quelques jours, est utilisé par Biya aujourd’hui pour l’exécution du Baham Maurice Kamto, exactement comme le Baham Kamé Samuel, secrétaire permanent à la défense d’Ahidjo, fut avec le Bamoun Fochivé Jean utilisé pour l’exécution du Bafoussam Ouandié Ernest.

Après avoir engagé la guerre contre les anglophones révoltés, en utilisant des anglophones truands et voyous comme Atanga Nji Paul pour présenter les résistants anglophones comme des terroristes, Paul Biya utilise aujourd’hui le bamiléké Momo Jean pour présenter le bamiléké Maurice Kamto et ses 200 compagnons en prison comme des terroristes.

Pire encore, Momo les appelle des «maquisards», une étiquette que le régime néocolonial de Yaoundé utilisait pour condamner à mort les résistants de l’UPC, dont les pères de la nation camerounaise Ouandié Ernest, Um Nyobè Ruben, Ossendé Afana Castor, Moumié Félix, Kingué Abel…

Rappelons qu’en 1992, les anglophones et les bamiléké (que le régime Biya appelait négativement «anglo-bami») échappèrent à un génocide préparé par Paul Biya et son maître français, François Mitterrand, grâce au retrait de la motion de revendication de victoire de John Fru Ndi (alors sous menace de mort) et à la proclamation de Paul Biya par Dipanda Mouelé comme le gagnant.

Deux ans plus tard, après l’organisation des milices tribales terroristes hutu, interahamwé, comme au Cameroun les milices tribales terroristes beti-bulu, nkul-nnam et café, par les mêmes mercenaires français, en particulier Paul Barril, mais aussi Omgba Damase, le génocide tribal organisé par François Mitterrand eut lieu au Rwanda.

Paul Biya a commencé et poursuit le génocide des anglophones, chaque jour qui passe.

 

Il tient à commettre le génocide des bamilékés.

 

Rien au monde de pourra arrêter la soif de génocide de Paul Biya contre les «anglo-bamiléké», à moins que le peuple camerounais tout entier, y compris les citoyens ordinaires beti, bulu, nnanga ebogo et fang, se lèvent dans une insurrection générale contre le régime néocolonial françafricain et terroriste de Yaoundé, y compris, au besoin, par les armes.

 

Mais les camerounais autant intimidés, y compris les militants du mrc, par les menaces de génocide de cette tyrannie, ne descendront pas dans la rue tant qu’un tel mouvement populaire n’est pas bien préparé sur le terrain.

 

Ce qui n’est pas encore le cas.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.