DU FOND DE SA CELLULE,PAUL ÉRIC KINGUE SE PREPARE À AMENER LE CAMEROUN À L’ONU

Les prochains jours seront certainement forts de rebondissements pour le Cameroun. Interpellé depuis le 26 janvier dernier dans le cadre de la Marche Blanche qui a également abouti à l’arrestation de Maurice KAMTO et près de 200 militants et sympathisants du MRC, l’ex directeur de campagne de Maurice KAMTO par ailleurs président du MPCN (Mouvement Patriotique pour un Cameroun Nouveau) Paul Éric KINGUE a décidé de saisir les juges de l’habeas corpus comme l’a également fait Valsero pour sa détention qu’il juge illégale.

Paul Éric KINGUE a été arrêté le 26 janvier dernier devant Dovv Bastos

en compagnie de Mr Marcel Olivier NDI, chef de la cellule de communication du MPCN son chauffeur et Mlle Joëlle Anita sympathisante du MPCN par environ 18 éléments de l’ESIR, conduit dans un premier temps à la DRPJ de Yaoundé avant d’être transféré Manu militari au GSO où il trouve en ce moment avec Maurice KAMTO, Alain FOGUE, Valsero, et Albert NZONGANG. 16 jours après sa détention, l’ex Maire de Njombé-Penja a décidé de saisir l’habeas corpus pour sa cause. Cette requête ouvre la voie à la saisine du groupe de travail des Nations-Unies sur ce qu’il qualifie de détention arbitraire. Paul Éric KINGUE estime que non seulement les délais de garde à vue normaux sont largement dépassés mais aussi et surtout que, même si il s’agit d’une garde à vue administrative elle serait inopérante étant entendu qu’il ne peut avoir de garde à vue administrative suivant la loi du 19 décembre 1990 que s’il y a eu grand banditisme. Or les infractions qui lui ont été collées sont les suivantes: manifestations publiques, réunions publiques, et diffamation contre Chantal BIYA. pour Paul Éric KINGUE, aucune de ces infractions n’ayant aucun lien avec le grand banditisme selon la loi camerounaise, le prefet n’avait aucun droit de signer une garde a vue administrative qui elle obéit à des fait précis: le grand banditisme. Ensuite, arrêté le 26 janvier 2019, Paul Éric KINGUE n’a reçu ni vu le moindre mandat judiciaire ni administratif mais pire, voulant se racheter le préfet du Mfoundi a signé un mandat antidaté portant la date du 30 janvier alors que paul Éric KINGUE a été arrêté le 26 janvier.

Venu lui notifier ce mandat du 30 plutôt que du 26 PEK a refusé de décharger estimant qu’au 30 il était déjà en détention et donc ne pouvait pas avoir commis d’infractions le 30 tel que le dit l’acte du préfet. Son cas est celui des autres notamment Valsero, Maurice KAMTO, Albert NZONGANG, Alain FOGUE qui ont refusé de decharger les mandats sans rapport avec leurs infractions.

Au jour d’aujourd’hui, aucun des detenus ou gardés à vue n’a aucun mandat légal. Ils sont en détention sans droit ni titre. PEK et Valsero ayant ouvert la voie,le juge d habea corpus sera sans doute submergé la semaine prochaine.

En cas de rejet de leurs requêtes alors la voie de l’ONU est d’ores et déjà envisagée. Ce mécanisme onusien qui a condamné le Cameroun à lui verser 6 milliards FCFA consiste cette fois-ci à une réparation qui se chiffre à 18 milliards de FCFA pour détention arbitraire Car la garde à vue administrative ne s’applique ni sur son cas ni pour les autres.

Il convient de préciser que Maurice KAMTO se trouve toujours au GSO et non au SED comme a voulu le faire croire certains médias. Quant à Alain FOGUE, il est dans un état très critique car depuis 13 jours il est entré en plaine grève de la fin et exige qu’on le présente devant le procureur.

Paul Chouta

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.