Calixte Beyalla, un ex-romancière déchus pour plagiat qui fait la manche sur la chaîne des milles collines.

L’entretien de Beyalla sur la chain des milles collines

La première lauréate d’un grand prix littéraire à avoir été condamnée la même année pour plagiat.

En effet Le 7 mai 1996, le tribunal de grande instance de Paris, présidé par Marie-Madeleine Magueur, condamnait Calixthe Beyala pour contrefaçon à propos de son roman le Petit Prince de Belleville, paru en 1992 chez Albin Michel.

L’Américain Howard Buten avait établi qu’une quarantaine de passages du roman incriminé comportaient plus que des similitudes avec son propre livre Quand j’avais cinq ans, je m’ai tué, paru en français aux éditions du Seuil en 1981.

Aux termes du jugement, Calixthe Beyala et son éditeur ont été condamnés à payer chacun 30 000 F à Howard Buten pour préjudice moral et 40 000 F aux éditions du Seuil pour préjudice matériel, le tribunal ordonnant, en outre, le retrait de tous les passages incriminés.

C’est donc cette dernière qui parcours fait la manche sur la chaîne génocidaire vision 4 en espérant attiré l’attention du dictateur Biya au pouvoir depuis 37 ans dans une pays déchiré par une guerre fratricide.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.